Un hôtel ancien, des événements étranges...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

«Are you the boy in my dreams ?» ◄► Emery ARGAWAEN.

 :: Plage & autres lieux :: Autres lieux :: Port Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 02/05/2017
Mer 14 Juin - 11:30
Qui es-tu ?Emery & JoshuaLe mois de juin. Un mois où il faisait extrêmement chaud et dont je ne pouvais rien faire contre, je n’ai jamais réussi à supporter la chaleur, mais aujourd’hui tout allait bien. C’était agréable avec la petite brise de vent. J’étais toujours à la recherche d’un boulot quelque chose qui pourrait occuper mes journées et payer mon loyer si nous pouvions dire la chose ainsi, cependant je ne savais pas quoi. J’avais beau chercher, je ne savais pas quoi prendre puis mon handicap jouait beaucoup sur la chose. Etre sourd même avec un appareil ce n’était pas très bien vu, on ne laissait pas tellement sa chance à une personne qui n’entend pas. C’était bien dommage, mais le monde du travail était comme ça. Il y a quelques boutiques qui ont dit qui allait me rappeler, mais je n’avais que très peu d’espoir. Je sais bien que c’était peine perdu.

Il y a cependant bien une entreprise qui m’a prise pour quelques jours histoire que je me fasse un peu d’argent et sans qu’on m’embête avec mon handicap. C’était au port ! Oui oui au port. Ce n’était pas très cool comme endroit surtout avec le poisson ect. Mais c’était assez sympathique, le patron était gentil comme tout. Je ne sais pas si je dois mal prendre le fait que j’allais devoir rester à l’intérieur et juste bien compter que tout est là, mais c’était déjà ça de pris puis de toute façon avec ma force de mouche je ne pourrai pas faire grand-chose je dois bien l’admettre. Cependant il y avait une chose qui me tracassait, c’était combien j’allais être payé, certes la chambre qu’on nous avait loué, n’avait pas un loyer très cher, mais la lessive, la bouffe et autres trucs ça n’allait pas se faire tout seul, car oui je me refusais à manger dans le restaurant de l’hôtel, ce n’était guère un lieu que j’aimais, être avec des gens pour manger c’était tout sauf moi. J’aime être avec les autres, mais je ne supporte juste pas de manger avec quelqu’un d’autre sauf ma famille.. Enfin famille est un bien grand mot maintenant que je sais la vérité.

C’est donc vers neuf heures du matin que j’ai commencé mon boulot, j’étais content, parfois je devais porter des trucs pour les compter, parfois je devais aller voir le patron, re-compter de nouveau, car il y avait eu une erreur, étiqueter ce qui venait d’arriver et ce qui allait partir, ce qui était à des clients particuliers ou non. C’était tout un travail mine de rien. La journée passa sans que je m’en rende compte immédiatement, c’était vraiment étrange et étonnant à la fois. Nous étions maintenant vers 19h, le soleil était encore présent, mais moins que tantôt. Je m’étirais et je suis allé me changer. On avait des douches à disposions, alors je me suis pris une bonne douche et je me suis attaché les cheveux en sortant, j’enfilais des habits propres et je suis sorti en fermant. J’étais le dernier à partir vu que je prenais une douche, eux ils le faisaient chez eux, histoire de dire bonsoir ça leur femme ou au chien.

J’ai décidé que je pouvais rester un peu ce que je fis. Je me baladais tranquillement sans savoir ce que je faisais vraiment je regardais l’eau, c’était beau. Dommage je ne savais pas nager. Je tournais la tête et là je vis quelqu’un. Au début je me disais oui c’est un employé, car il est rare que quelqu’un vienne ici à cette heure, surtout que c’est une partie un peu « privé », mais quelque chose me disait que ce n’était pas ça, donc je me suis approché subtilement, un albinos ! C’est ce qui me marqua tout de suite, j’étais limite heureux, je ne savais pas quoi dire. J’ai un moment penché la tête et j’ai finalement pris la parole, ce n’était pas poli de rester là sans rien dire.

« Bonsoir, excusez-moi, mais que faites-vous là ? »

Je ne sais pas si ça allait passer, mais c’était la première idée qui me venait à l’esprit quand je l’ai vu. Ce qu’il foutait dans un endroit comme celui-là. Il était tard et ce n’était pas vraiment le premier lieu de balade ici, je dois bien l’admettre, puis bon parler à quelqu’un ce n’était pas plus mal, j’ai juste défait mes cheveux pour cacher mon appareil. Je dois admettre que j’en ai honte.
© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 02/05/2017
Age : 21
Jeu 15 Juin - 15:51
Emery & JoshuaPourquoi m'avoir oublié ?La journée déclinait doucement, laissant les saveurs du soir rafraîchir l’air ambiant. Il faisait tout simplement délicieux. J’avais été contacter assez tôt ce matin, pour recevoir une livraison au port. J’avais réussi à m’arranger pour récupérer un ancien costume de marin, qui pourrait m’être plus qu’utile lors d’un de mes spectacles. C’était donc avec bonne humeur que j’avais pris le chemin de ce dernier, profitant de chaque minute pour regarder la mer qui dansait frénétiquement au sein des vagues. Je pense que je ne me lasserais jamais de ce spectacle si particulier que cet endroit nous offre. J’avais dû attendre une bonne partie de la journée avant de pouvoir sortir à cause du soleil qui tapait plus que de raison et de ma peau sensible au possible. L’héliophobie n’est pas toujours simple à vivre, mais bon, on fait avec ! Une fois les rayons lumineux calmé, j’avais donc pris pas d’aller chercher ma commande. J’avais disposé de large lunette de soleil qui cachait une bonne partie de mon visage, d’un slim blanc serré et d’une chemise assortie. Mon pas était un peu lent, je m’étais perdu un peu dans le port et j’ai finalement repéré mon paquet posé dans un coin avec un mot. Le marin avait dû reprendre la mer et ne pourrait donc me le remettre en main propre à son grand déplaisir. J’ai souri en vérifiant le contenu. Parfait.

Je ne suis pas tout de suite rentré chez moi, casque vissé sur les oreilles, j’ai décidé d’en profiter pour me balader un peu dans ces zones qu’on ne visite jamais. A cette heure-ci, qui viendrait m’en réprimander ? N’est-ce pas ? J’aimais ces heures de solitudes où je pouvais laisser mes pensées vaguer à leurs grés, même si elles se focalises toujours autours du même visage. J’ai soupiré lourdement, me frottant le visage sous mes lunettes. Je devais vraiment apprendre à m’en défaire. J’étais venus ici dans l’espoir de me refaire une vie loin de tout ça, mais forcé de voir que je ne peux décidément pas vivre loin de ma quête inespérée. Paquet sous le bras, je commençais à m’éloigner de plus en plus, dans des zones à mon avis assez peu visité. On y voyait pas mal de paquet et de boite empilé, j’essayais de m’y intéresser, trompant vainement mon esprit. Ainsi focalisé sur des choses de peu d’intérêt, je n’ai pas réalisé de suite que je n’étais plus seul. Aussi je fus très surpris d’entendre qu’on m’interpellait. Je me suis retourné pour faire face à l’inconnu, prêt à me justifier. Une main retirant mes lunettes pour plonger mes yeux dans son regard. Quand mon cœur s’arrêta tout simplement. Je suis sans doute resté une dizaine de seconde à le fixé ainsi bouche bée, laissant tombé et mes lunettes et mon paquet. C’était impossible. Impossible !

J’ai finalement trouvé la force de m’approcher, laissant mes affaires par terre, et j’ai pris ce visage dont je n’avais plus espoir de revoir un jour, entre mes mains pour le fixé plus intensément. Mon cœur qui c’était arrêter plutôt battait maintenant à tout rompre. J’en avais les larmes aux yeux. Mon rêve ! Ma quête ! L’homme face à moi, bien que plus grand, bien que plus vieux, n’était sans le moindre doute, que mon frère que j’avais perdu de vue depuis plus d’une dizaine d’année. L’émotion me faisait tremblé, arborant mon sourire le plus heureux, sans doute même de ma vie, j’ai finalement trouvé la force de parler, bien que ma voix se fit tremblante. La sienne avait mué avec l’adolescence, c’est sans doute pour ça que je n’ai pas compris tout de suite. Mais ces paires d’yeux, jamais je ne pourrais me tromper !

- Joshua ! C’est bien toi hein ! Tu n’es pas juste un rêve illusoire ?!

Je n’osais presque pas y croire, riant de ma propre bêtise et sans lui demander son avis, je l’ai serré dans mes bras avec tout l’amour dont j’étais possible. Son odeur, ces cheveux, son cœur battant contre le mien. Oui, j’avais enfin retrouvé mon petit frère ! Et jamais un tel bonheur ne me submergea de la sorte ! J’ai soudainement réalisé que quelque chose clochait. Il ne me prenait pas dans ses bras avec l’intense bonheur que nous devrions partager, d’ailleurs il m’avait vouvoyé, ne m’avait-il pas reconnu ? C’était impossible ! C’est dans le sang ! Nous savons qui nous sommes ! J’ai donc reculé, n’osant pas bouger mes mains qui lui tenait toujours les épaules, le fixant interrogatif. Et la vérité me glaça le sang dans une douleur indescriptible. J’ai ouvert la bouche, sans qu’un mot n’en sorte et j’ai reculé d’un pas. Seigneur, il ignore qui je suis ! J’ai serré les dents à m’en faire mal. Calme toi Emery ! Soit placide, soit patient, réfléchis. J’ai croisé les bras en soupirant, toute ma peine.

- Tu ignores qui je suis…

J’ai essayé de me rationalisé, il vivait près d’ici ! Le hasard me faisait un cadeau absolument radieux, je devais m’en contenter pour l’instant. Soupirant donc une nouvelle fois, arborant, un peu forcé, un sourire de circonstance, j’ai reculé pour reprendre mes affaires et j’ai replacer mes lunettes sur mon nez. Bien, très bien. Mes pensées s’activaient à une vitesse folle. M’en veut-il à ce point ? M’a-t-il oublié délibérément ? Je n’osais m’arrêter sur ces hypothèses, j’ai à nouveau tourné le visage vers lui, attendant comme un signe, comme un espoir de sa part. Joshua, pourquoi ce moment, censé être le plus beau de ma vie, me fait tant souffrir ?

© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 02/05/2017
Mar 20 Juin - 22:49
Qui es-tu ?Emery & JoshuaCet homme. Cet homme en face de moi agissait étrangement je dois bien l’avouer, il m’avait fixé, on sentait qu’il allait répondre, mais tout ce qui arriva, ce sont ses mains sur mon visage, son sourire un peu idiot, mais surtout mon prénom. Comment connaissait-il mon prénom ? Est-ce quelqu’un que je connaissais ? Non ce n’est pas possible je m’en souviendrai quand même non ? je n’oublie pas à ce point. Mais il semblait si heureux de me voir, il semblait comme revivre, mais tout ce que j’arrivais à me dire, c’est qu’il se trompait de personne, alors quand il me prit dans ses bras, je ne pu que sursauter, mon cœur me faisait mal tout d’un coup, pourquoi il était comme ça ? On ne se connaissait même pas. Il ressemblait vaguement au gars que je croisais depuis un moment à l’hôtel, mais j’étais toujours trop loin pour lui parler et de ce fait je ne pourrai pas dire si c’était réellement lui, mais un deuxième albinos ce n’est pas tous les jours que nous pouvons en croiser, cependant celui-là semblait réellement trouver. Sa phrase me laissa perplexe. Bien entendu que j’ignore qu’il y est ! Ce n’était pas maintenant qu’il fallait se demander ça, mais je ne pouvais pas lui dire ça, je me sentais un peu gêné je dois avouer que je ne m’attendais pas réellement à ça, je me suis juste reculé en espérant qu’il n’ait pas déplacé mon appareil dans son étreinte si soudaine, je me suis passé une main dans le dos rapidement, est-ce qu’il avait pu la sentir ? Je n’espérais pas.

J’ai regardé le ciel qui était juste magnifique actuellement et tout ce que je pensais, c’était que j’allais devoir attendre encore une fois avant de pouvoir rentrer chez moi. Sans rien dire, je l’ai détourné et je suis allé ramasser les affaires qu’il avait lâché sans rien dire. Je suis revenu avec et en souriant je lui ai rendu. Je me suis ensuite reculé et je me suis frotté le cou assez fortement en détournant le regard, c’était assez compliqué à lui dire dans un sens, il s’est trompé et il s’emblait en prendre conscience, mais ça prenait sans doute du temps. Il savait cependant mon prénom et il était rare de recroiser un Joshua, albinos je crois, sauf si le monde est si petit. Est-ce que je l’avais connu à l’école, mais que j’avais oublié ? A l’université de mon frère ? Non. Bon ce n’était certainement pas si important quoi que si, comment pouvait-il connaître mon prénom ? Je me suis regardé un moment je n’avais pas mon badge qui disait mon prénom donc ça ne venait pas de là, mais d’où alors ? Ça me perturbait tellement que j’en avais mal à la tête.

« Je suis vraiment navré pour vous, mais vous devez me confondre avec quelqu’un d’autre. »

Je ne pouvais pas dire autre chose n’est-ce pas ? Ce n’était qu’un terrible mal entendu, mais quand il m’avait pris dans ses bras j’avais ressenti quelque chose, je me suis senti en sécurité pendant quelques secondes, puis après il y a eu de l’inconfort, je ne savais pas comment l’expliquer, mais je sais une chose, je devais essayer de l’aider au maximum, si ça se trouve la personne qu’il cherche n’est pas loin n’est-ce pas ? Pour qu’il m’ait confondu, si ça se trouve la personne se nomme Joshua et il a teint ses cheveux en blancs, mais qui viendrait dans un tel lieu ? J’ai froncé les sourcils un moment en tournant la tête de gauche à droite, mais je devais d’abord être sûr que ce n’était pas une connaissance que j’avais oublié. J’avais déjà oublié ma vie passée, ne me dites pas que j’avais oublié ma vie qui avait débuté avec ma « nouvelle famille » ? Je me suis approché pour l’observer de plus près il était plutôt beau je dois bien l’admettre, mais ça ne me disait pas vraiment qu’il était et ni pourquoi il m’avait confondu avec quelqu’un et j’ai reposé ma main sur ma joue là où il m’avait touché, je n’avais même pas reculé, je m’étais laissé faire comme si c’était normal. Je me sentais presque étrange je dois bien l’admettre, comment j’avais pu le laisser faire.

« Comment connaissez-vous mon prénom ? Hum la personne que vous cherchez n’est sans doute pas là, normalement il n’y a que les employés qui viennent ici, mais aussi excusez-moi, mais.. »

Je n’ai pas eu le temps de finir ma phrase que j’entendais du bruit, surement des employés si on nous voyait ici on allait se faire descendre comme pas possible, c’est vraiment un endroit privé, alors qu’on traine ici même en bossant ici, ça craint. Je lui ai donc pris la main et je l’ai tiré en courant vers un autre endroit, dans un des entrepôts où je bossais pour compter les colis et j’ai respiré un bon coup. J’ai cherché du regard une lampe qui pourrait un peu nous éclairer et en la trouvant j’ai souris et je suis venu la foutre sur un des cartons et j’ai observé le garçon en question. Je me suis étiré par la suite et vu que j’avais chaud et que mes cheveux mouillés me collaient au cou j’ai décidé de les attacher. Tant pis s’il voyait mon appareil, nous sommes dans le noir presque sans doute ne verra-t-il rien. C’est alors calmement que j’ai repris de ma petite voix.

« Je suis désolé de vous avoir trainé ainsi, mais si on nous voyait là on aurait eu des ennuis. Pourrai-je savoir votre nom s’il vous plait ? Et je suis désolé que vous m’ayez confondu avec quelqu’un, j’espère que cela n’affectera pas votre humeur. »

Oui, je me sentais coupable de massacrer son humeur si jamais je ne suis pas la bonne personne, je ne lui souhaitai pas ça, mais bon comme vous pouvez le constater je ne suis pas doué. Je me suis assis sur une des planches qui trainait et je l’ai regardé en souriant.

© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 02/05/2017
Age : 21
Mer 26 Juil - 21:52
Emery & JoshuaPourquoi m'avoir oublié ?Son geste ne m’échappa pas. Il est assez particulier de ce toucher le dos de la sorte. J’ai essayé d’y trouver un sens, touchant ainsi par reflexe, dans mes pensé, la cicatrice qui recouvre mon corps. Seigneur. Son dos. Quelques brides de paroles médicales me revinrent à l’esprits et je ne pus m’empêcher de baisser le visage honteux. Il ramassa mes lunettes que j’avais oublié de récupéré en même temps que mon paquet et j’ai hésité à les reposer sur mon nez un moment, mais cela sera une barrière entre nos yeux et je ne pouvais décidément pas m’y résoudre. Il semblait bien embêter et surtout troublé, cherchant peut-être qui j’étais. A nouveau je me senti vexer que la vérité ne lui saute pas au visage. Enfin Joshua ! Nous sommes tous deux albinos, cela ne te suffit-il pas pour te poser les bonnes questions ? Au vu de ces paroles j’ai à nouveau baissé les yeux déçus. Il s’approcha pourtant comme pour me détaillé un peu plus, je me forçais à garder un air neutre, le plus neutre possible, cherchant à chaque fois le contacte de ces yeux. Comme pour crée un pont, quelque chose, une étincelle qui lui ferait comprendre.

Je ne pus réprimer mon sourire à sa question. Il ne semble réellement pas me croire, pense-t-il que je me suis trompé ? Idiot. Je sais qui tu es, jamais je ne pourrais me tromper. Un bruit détourné mon attention l’espace d’un instant et avant que je ne puisse comprendre la suite des choses, je me suis fait tiré par mon jeune frère qui semblait courir. Je n’avais pas le droit d’être ici, c’est vrai. Mais le mot du marin m’assurait une certaine autorisation, non ? J’ai repensé au contenu de mon petit sac et mes joues se teintèrent de rouge. Seigneur, s’il l’apprend ? S’il y a bien une personne au monde à qui je ne dirais jamais ça c’est lui ! Je n’ai jamais eu honte, loin de là, j’aime danser après tout. Mais mon frère, non, je me dois d’être parfait à ces yeux, c’est un impératif ! Il attacha finalement ces cheveux, dévoilant un petit appareil près de son oreille. Mon cœur ce serra. Joshua, tu n’avais pas ça avant ! J’ai paniqué, cherchant une explication, mais il reprit la parole, me déconcentrant. J’ai soupiré, mon humeur flanchait, et j’ai passé mes mains sur mon visage avant de déposer mon paquet au sol et d’y ranger mes lunettes.

- Mon prénom, hm ? Pas question. Et je ne me suis absolument pas trompé de personne Joshua, c’est juste toi qui semble m’avoir… Oublié… Aussi amer soit-il pour moi de l’admettre.

J’ai croisé les bras et j’ai recommencer à le dévisager. Restons poli, je sais comment il est, il va mal le prendre si je suis trop direct et le voir tout rougis à balbutier n’aidera en rien à lui faire comprendre. Pourtant, chasser le naturel il revient au galop.

- C’est l’incendie qui t’a rendu sourd ? Je n’étais pas au courant…

Bon okay, je suis bien beaucoup trop direct. Mais si avec ça il ne comprend pas que je ne me suis définitivement pas trompé de personne ! J’ai soupiré en détournant le regard honteux. Je l’avais défiguré, rendu sourd et à présent je l’emmerdais à essayer de lui faire retrouver la mémoire, aussi horrible soit-elle. Je suis un parfait égoïste, souriant excentrique de cette redécouvert j’ai à nouveau muré ma parole dans un silence que je ne connais que trop bien. Je lui ai tourner le dos, passant à nouveau ma main sur cette balafre. Lui montré serait la solution, après tout, non ? Pourtant j’hésite. J’ai mal. Je voudrais qu’il s’en rappel de lui-même. J’étais le cul entre deux chaises en bon français, ne sachant décidément pas quoi faire. J’ai posé mon regard sur la lampe qu’il avait allumé jusqu’à en avoir mal aux yeux, où était-ce une autre douleur qui me faisait ainsi poindre les larmes ? J’ai secoué la tête en passant à nouveau une main sur mon visage. Un idiot, voilà ce que je suis.

J’avais joué cette scène tant de fois dans mes rêves, de tous les façons, dans toute les versions cela s’écoulait de façon parfaite. Dans la joie la plus absolu, dans la tâche accomplie, dans cette amour que seul le sang peut nous offrir. Et pourtant, jamais au grand jamais je n’aurais pu ne serait-ce qu’imaginer qu’il m’oublierait. La douleur est déchirante, comme si une dague c’était planter dans mon cœur et remuer un peu plus à chacun de ces mots. Lui dire mettrait fin au jeu, ce serait si simple de lui cracher cette douleur, de lui montrer mes marques de m’excuser et de lui dire que je ne suis que son putain de grand frère merde ! Mais j’en était incapable. A lui de comprendre. J’ai couru après toute ma vie, il me semble que le laisser ce tord le cerveau avec ça ne serait que justice ! Joshua, désolé, mais tu as toute les carte sen main, à toi de comprendre !


© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 02/05/2017
Mer 16 Aoû - 3:23
Qui es-tu ?Emery & JoshuaCe garçon semblait bien étrange, il ne voulait pas me dire son prénom et il connaissait le miens, mais je ne savais pas qu’il était et il disait que je l’avais oublié, mais comment j’aurai pu oublier quelqu’un qui me ressemble tant au physique ? Je n’ai rencontré presque aucun albinos dans ma vie et je dois bien avouer que ça m’avait toujours perturbé au début pensant que j’étais le seul, que personne n’était comme moi, que j’avais été une erreur que personne ne pouvait sauver, puis j’ai appris ce que j’avais et j’ai vu que d’autres en avaient, ça m’avait soulagé, car ils étaient entourés d’une famille aimante et je me suis rappelé que moi aussi j’avais eu une famille aimante et ça m’a fait sourire sans savoir pourquoi. Je sais juste que la vie pouvait réserver bien des surprises et c’était vraiment ça. La vie était parfois injuste comment savait-il pour l’incendie ? Comment savait-il tout ça ? Puis comment lui dire que si depuis tout petit je suis sourd ? Il a vraiment cru que j’allais le croire après ça ? Il avait sans doute eu de la chance pour mon prénom au final. J’ai baissé instantanément la tête, détachant mes cheveux, cachant mon appareil comme je le pouvais. Je ne souhaitais pas qu’on me rappel à quel point j’étais différent de tout le monde encore une fois, je ne voulais surtout pas qu’un inconnu me demande pourquoi j’étais sourd je ne le savais même pas et le fait qu’il me dise ça me mettait quand même un peu le doute est-ce que j’étais vraiment sourd depuis la naissance ?

Je n’étais plus trop sûr, mais je ne pouvais pas me méfier d’un coup de ce que j’étais depuis la naissance, du moins depuis mes trois ans. J’ai froncé les sourcils, après je me dis que les journaux avaient forcément parlé de ma famille donc il avait dû le lire ? Je ne sais pas du tout ça serait étrange, est-ce un stalker qui m’a suivi ? Oh non quand même pas, je ne vais pas me lancer dans un sujet comme ça je n’ai fait que le fixer comme je le pouvais et j’ai soupiré légèrement je ne vais donc rien savoir du moment que je ne me rappelais pas de qu’il était ? Mais ce n’est pas comme si j’allais le revoir non plus je n’allais pas m’embêter à chercher un nom non ? Mais ce n’était certainement pas très poli ce qu’il faisait, je ne sais pas. J’avais un petit doute sur ce qu’il faisait, mais je ne pouvais sans doute pas le juger non plus. Non vraiment pas le juger, c’était bien dommage dans un sens, mais il voulait que je lui dise quoi hein ? Ce n’est pas somme si je savais ce qu’il faisait dans la vie, ce n’est pas comme si j’allais lui dire « oui tu fais parti de mon passé ». Je sais que mon grand-frère m’avait dit que mon véritable frère était vivant, mais j’avais quand même du mal à y croire, ce n’était certainement pas possible, est-ce qu’un frère ne rechercherait pas son autre frère ? Sauf s’il a oublié comme moi, mais deux personnes ça fait beaucoup dans un accident d’après les statistiques. Il y a toujours une personne au moins qui se souvient lors d’un accident et très peu qui perdent la mémoire, mais je pense que c’était normal dans un sens. Relevant la tête légèrement sur lui, je l’ai vu. Des larmes. Pourquoi est-ce qu’il pleurait ? Etait-il triste ? Est-ce qu’il était tellement en colère ? Il s’est sans doute rendu compte qu’il se trompait de personne. Il est fréquent de se mettre à pleurer dans ces cas-là, c’était bien triste, mais on n’y pouvait sans doute rien n’est-ce pas ? C’était comme ça et pas autrement. Je crois que je ferai la même chose si jamais ça m’arrivait.

« J’ai toujours été sourd Monsieur. Je suis désolé de vous l’apprendre. »

Je me suis relevé et je l’ai regardé. Ce garçon semblait réellement perdu, peut-être que lui aussi il est à la recherche de quelqu’un qu’il a perdu et il a cru le trouver en moi ? Cependant ce n’était pas le cas, mais quelque chose m’empêchait de lui en vouloir de me confondre avec quelqu’un, j’ai juste tendu ma main sur son visage pour lui essuyer les quelques larmes qui avaient coulé et j’ai juste simplement souris légèrement, il faut du réconfort dans ces moments-là.

« Je suis désolé. Vous savez je crois que je peux comprendre ce que ça fait de perdre quelqu’un. Sauf que moi je n’ai aucun souvenir… Ce qui est assez étrange. »

Je me suis passé une main vers mon appareil et je me suis reculé légèrement. Puis je l’ai fixé. Est-ce une habitude chez les albinos de perdre leur famille sans qu’on sache pourquoi ? Je me suis reculé quand j’ai entendu de nouveau un bruit, quelqu’un avait dû s’apercevoir de la lumière, j’ai regardé autour de nous et j’ai tiré ce gars sans nom derrière un tas de carton, je lui ai pris son paquet et je lui ai lancé dessus et j’ai pris la lumière et j’ai fait mine de travailler. Il y avait effectivement quelqu’un. Il s’approcha de moi et je fis mine que tout allait bien.

« Que fais-tu ici Joshua ? Il est temps de rentrer chez toi grouille toi ! Tes heures supp’ ne sont pas payées »
« Oui je sais. Je vais bientôt partir, fais donc de même ta femme t’attends et tu sais que si tu rentres en retard, elle va encore s’imaginer des choses et tu diras encore qu’elle regarde trop de séries ! »

On rigola une seconde puis il partit, une fois ceci fait je suis retourné voir l’homme inconnu, tiens j’allais l’appeler Freddy. Oui il se nommera Freddy jusqu’à ce que je sache son réel prénom. Je me suis passé une main dans le cou et je me suis légèrement incliné et j’ai fixé le sol par la suite, le pauvre déjà qu’il me confondait avec quelqu’un je le trimballais un peu partout histoire qu’on ne se fasse pas choper et qu’il n’atterrisse pas en prison. J’ai regardé à droite et à gauche et j’ai juste soupiré.

« Excuse-moi je ne fais que te trimballer, je vais te raccompagner chez toi pour m’excuser, tu habites où exactement ? »

Oui laissons le fait que c’est un parfait inconnu et qu’il ne me dit pas qu’il y est et qu’il sait des choses étranges, essayons de nous faire pardonner un instant, même si ce n’est pas beaucoup juste un peu pour qu’il se sente un peu mieux. Je crois que c’était la meilleure chose à faire, du coup je lui ai tendu ma main histoire de et je lui ai souris tout content, en fait je ne parlais pas beaucoup de base, alors je me dis que pour une fois cela n’allait pas me tuer, surtout que je pourrais faire connaissance avec lui et peut-être que là il me dira son prénom par mégarde, alors Freddy, pardonne-moi, je ferai en sorte de te faire comprendre que tu t’es trompé, mais j’espère qu’on pourra devenir ami !
© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 02/05/2017
Age : 21
Lun 21 Aoû - 18:15
Emery & JoshuaPourquoi m'avoir oublié ?Menteur. Sa phrase me choquait, tant elle était fausse. Tu n'étais pas sourd enfant, pourquoi me mentir ? Tu ne me connais pas, alors pourquoi prétendre être moins que tu ne l'es vraiment ? C'est idiot et sans sens. Le plus étrange étant que le Joshua que je connais, ne mentirais pas, il ne sait pas le faire. Et surtout pas sur une chose pareille. Alors pourquoi ? J’ai suivi son mouvement du regard sans pour autant l’en empêcher. Encore une fois, le pourquoi se posait. Je ne peux définitivement pas comprendre son élan affectif, alors qu’il prêtant ne pas me connaître. Mentirait-il ? Encore une fois, ça ne lui ressemble pas. Ou m’en voudrait-il à ce point que pour parjurer ces valeurs et se jouer ainsi de moi ? Je n’aime pas cette conclusion. Soupirant à nouveau, j’étais prêt à mettre un terme à tout ça, tourner les talons et partir pour de bon, à ma nouvelle vie, comme c’était prévus. Mais, encore, le destin se joue de moi.

Aucun souvenir. Le sentiment qui monta en moi s’identifia très vite. La colère. Je ne peux pas croire un tel mensonge et cette fois s’en est définitivement trop ! Ma conclusion est donc la bonne. Je suis dégouté, autant par lui que par moi qui suis la cause directe de tout ce petit manège. Serrant le point, essayant de ne plus l’entendre, j’étais bouillonnant. J’ai horreur de ça, passé d’une émotion à une autre aussi vite, en si peu de temps. Je ne suis pas fait pour ça, et je n’aime pas ça de toute façon. Oui, ça m’agace, tout ça m’agace. Je dois partir maintenant, si je veux me préserver. Je n’en parlerais plus, je l’oubliais tout simplement comme lui prétant m’avoir oublié. J’aimerais, j’aimerais croire à tout ça ! Mais encore une fois cette chose en moi me pousse à rester, et comme pour y répondre, l’histoire tourne sa page sur des mots familier. Encore quelqu’un, encore trainer, encore se cacher. Je ne fais que suivre tout ça. Je ne suis que spectateur indirecte, sans même le vouloir. J’ai serré les dents, ça m’agace, de ne savoir quoi faire. D’être en conflit avec moi-même. Je n’ai que peu de temps, pour trouver une solution.

Merde Emery, tout était plus simple quand pas un son sortait de ta gorge ! Son rire perla à mes oreilles, réveillant la blessure de mes souvenirs d’enfance. Tout ça me donnait mal de tête. Je me suis accroupie, m’emprisonnant le crâne des mains. Je dois trouver, plus vite ! Je me suis relevé à sa venue, baisser ainsi, il n’avait pas dû voir mon comportement idiot. Je ne devais pas me dégonfler et ça proposition tombait bien. Emery, prends ton courage à deux mains et choisi ! Sois-tu le crois, soit tu passes à autre chose. Si seulement c’était aussi simple. J’ai soupiré, détournant le regard. Pourquoi est-ce si dur pour moi, alors que pour lui ça semble si simple ? Alors merde, soit un mec !

- Non, ça ira je suis assez grand pour rentrer tout seul.


Moi qui voulait mon ton calme, me voilà la voix tremblante, emplie de mes doutes. Je me sens mal. Ce moment dont j’ai tant rêvé est officiellement gâcher et ne reviendra plus. J’ai toute fois décider de lui faire comprendre, que je ne jouerais pas à son jeu. J’ai donc élargi le colt de mon haut pour laisser entrevoir la brûlure qui scie si mal à mon épaule. Le regard sérieusement fixé dans ces prunelle d’un rouge qui me semble si commun. Le message est clair. Je ne pardonne pas, et tu ne pardonnes pas. J’ai laissé le moment passé et j’ai attrapé mon sac, puis j’ai remis mon casque, bercer par les notes, le courage m’emporte. Et j’ai fait demis tour, en le saluant vaguement de la main. La balle est dans ton camps frangin, moi j’en ai marre de la lancer contre un mur.

© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Neil Young / Chrome Dreams II
» Chrome Dreams II (2007)
» SIGH "Scenario IV: Dread Dreams"
» U.D (UNHEALTHY DREAMS)
» Dreams Box set

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dante's Cove :: Plage & autres lieux :: Autres lieux :: Port-
Sauter vers: